Patrimoine

 

Le château

Histoire de la demeure :

Château Renaissance d'origine féodale situé à la frontière entre la Normandie et la France. Démantelé, il fut rebâti par Jean Graffin. Ambleville a été fondé par les Essarts, qui s'allieront aux XVIe siècle aux Mornay. Nicolas de Villeroy, ambassadeur de France sous les Médicis apporte à ses jardins un goût romain.

Madame de Maintenon y séjourne en compagnie des enfants de Louis XIV.

Propriété tour à tour des Labbé, des Marolles, des Gerville, le château est actuellement habité et restauré par les Villefranche.

Époque de construction :

Forteresse base du XIIe rebâtie au XVIe, façade nord et façade sud base XVIIe, haut XVIIIe.

Architecte :

Façade Renaissance de Jean Grappin

Renseignements d'ordre architectural et artistique :

Une admirable frise orne la façade nord ; elle est sculptée de plantes bulbeuses : narcisses et tulipes, ainsi que de roses romaines. Tourelles, dômes et écailles, pilastres à chapiteaux. "La nouvelle aventure n'est plus la guerre mais l'architecture, la beauté, l'imaginaire" André Chastel.

Renseignements sur le jardin ou sur le parc :

Il est composé de trois terrasses : un jardin nourricier ou potager, une terrasse inspirée du tableau de Mantegna "Vices et Vertus", un échiquier.

 

Jardins

 

Éléments remarquables dans la demeure :

L'échiquier est visible au printemps, il est tracé par des narcisses. Collection de plantes odorantes.

Quelques photos

  L'église de l'immaculée-conception

En 1161, l'église était dédiée aux saints Donatien et Rogatien. Au milieu du XIXe siècle l'église a été remplacée par le bâtiment actuel néo-roman, où sont rassemblées diverses pièces de mobilier recensées par les Monuments historiques. Deux vierges et l'Enfant se trouvent notamment, l'une, sculptée, du XVIe siècle, et l'autre, peinte, du XVIIe siècle, ainsi qu'une Mise au tombeau réalisée par le peintre José Ribera (1588-1652) au XVIIe siècle et une console en bois sculptée de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Haut de page